Industrie agroalimentaire : Accroître l’approvisionnement local

13 May 2022

Alors que l’importance de favoriser et d’encourager l’achat local est sur toutes les lèvres, les défis demeurent nombreux dans l’industrie agroalimentaire québécoise. Cintech agroalimentaire, centre collégial de transfert de technologie (CCTT), situé à Saint-Hyacinthe, a plusieurs projets dans ses cartons qui pourront contribuer à relever les défis.

Cintech agroalimentaire a pour mission d’accroître l’innovation et la compétitivité de l’industrie agroalimentaire québécoise par le soutien de la recherche et du développement, la recherche consommateurs, l’assurance qualité, le soutien réglementaire et le transfert technologique. Depuis un an et demi, le CCTT a littéralement le vent dans les voiles.

« Il faut se donner le moyen de nos ambitions. Le potentiel pour que le Québec développe une plus grande autonomie alimentaire est là. Nous voulons rallier les forces vives pour se mettre en action. Nous voulons faire les choses dans l’ordre, cela passe par des partenariats et les complémentarités entre les acteurs du milieu », explique Jean Lacroix, le président-directeur général de Cintech.

D’ailleurs, bien que son organisation soit située à Saint-Hyacinthe, il multiplie actuellement les collaborations avec d’autres instances de divers endroits dans la province : Zone Agtech à Repentigny, futures zones d’innovation en transition énergétique à Trois-Rivières et en intelligence artificielle appliquée à Lévis, etc. « L’autonomie alimentaire du Québec va passer par ses régions », dit-il.

Et afin de s’assurer de la viabilité des futurs produits alimentaires qui seront développés au Québec, Cintech réalise aussi des recherches avec des panels de consommateurs. Décarbonisation agroalimentaire, traçabilité des produits, automatisation des chaînes de production sont également parmi les grands défis de l’heure.

Projets en cours

Cintech a récemment reçu une aide financière de 3,8 millions $ de la part de Développement économique Canada, dont 3 040 000 $, serviront à l’achat d’équipements qui faciliteront le développement de nouveaux produits alimentaires issus de végétaux ou de résidus de ceux-ci.

Le projet permettra également d’améliorer leurs propriétés sensorielles dans une optique d’autonomie alimentaire. « La demande pour ces produits est en forte croissance. Or, pour l’instant, ils sont pratiquement tous importés au Québec. »

Cintech s’associera à d’autres institutions québécoises pour réaliser le mandat. L’objectif, à terme, est de créer un centre d’expertise en protéine végétale.

Le CCTT a aussi reçu un financement de 6,46 millions $ du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec afin de réaliser un projet de 8 millions $ pour contribuer au renforcement et à l’augmentation des chaînes d’approvisionnement québécoises dans le secteur de la transformation alimentaire.

Dans le cadre de ce projet, Cintech accompagnera une centaine d’entreprises agroalimentaires québécoises à travers la réalisation de 135 projets. L’enjeu de prix de revient ou de profitabilité sera au cœur de la démarche.

« On veut permettre aux entreprises participantes d’offrir des aliments et des produits locaux à un prix compétitif, tout en favorisant leur approvisionnement auprès de fournisseurs québécois. On veut faire baisser les coûts pour le consommateur, tout en assurant la profitabilité de nos entreprises. »

Il faudra continuer de suivre les activités de Cintech, car M. Lacroix annonce déjà que d’autres nouveautés seront dévoilées sous peu.

En complément :

Écoutez ces Balados d’Agro Québec qui expliquent les deux projets